Bio

 

A titre d'information,

FromageFrais  

Durable : pas d'interdiction des pesticides, pas d'interdiction des OGM, pas d'interdiction des hormones de croissance, très peu de contrôles, pas de logo officiel

Bio : sans aucun pesticide, sans OGM, sans hormones de croissances, contrôle annuelle + visites imprévues régulières, label bio européen et français reconnu

 Source : http://www.agencebio.org/quest-ce-que-la-bio - http://www.extenso.org/article/un-produit-bio-c-est-quoi/ - http://bio-montpellier.fr/bio-et-local/quelle-la-difference-entre-agriculture-raisonnee-agriculture-biologique/

 

L'objectif affiché par la mairie de Paris avec le label bio et le local peut sembler intéressant...

 Centralisation Paris Video1

Seulement le seul engagement chiffré par écrit est sur l'alimentation durable, AUCUN pourcentage sur le BIO et pour cause,

alors que certains arrondissements ont jusqu'à 100% de goûter BIO, jusqu'à 50% de nourriture bio, jusqu'à 86% d'alimentation durable....

le plan alimentation durable de la Mairie de Paris 2015-2020 précise SA DIFFICULTÉ à avoir recours à de la nourriture BIO (p19 - mis en ligne par la mairie de Paris et téléchargeable sur http://sauvemacantine.fr/liens-utiles/le-projet ):

Bio Paris p19

 

Le bio est un signe de valorisation attribué par l'INAO (institut national de l'origine et de la qualité: http://www.inao.gouv.fr/).

Les agriculteurs qui veulent en bénéficier doivent respecter un cahier des charges très exigeant et se prêter à des contrôles réguliers par des organismes indépendants. L'agriculture durable n'est pas un signe de qualité. C'est un engagement sur plusieurs années consistant à avoir des pratiques culturales plus respectueuses de l'environnement pour pouvoir prétendre à des aides dans le cadre de la Politique Agricole Commune. Les agriculteurs signent des contrat agro-environnementaux qui fixent leurs obligations. Depuis peu, ces agriculteurs essaient de copier le système des cahiers des charges (ex : http://www.agriculture-durable.org/). Mais ce sont des engagements et des objectifs qu'ils se fixent seuls à partir de leur engagement pour avoir l'aide. Il n'y a pas d'organisme de contrôle, pas de sanctions et de perte du label en cas de méconnaissance du cahier des charges du "durable".  Ils risquent juste une réduction de leurs aides si l'organisme qui verse l'aide constate que les pratiques sont moins respectueuses de l'environnement que prévu à partir de l'état d'origine de l'exploitation. Avec le sigle "durable", ils essayent de faire comme s'ils bénéficiaient d'un signe de qualité, avec les contraintes en moins. S'ils le voulaient, rien ne les empêcheraient de s'engager vraiment et de faire contrôler leurs produits en passant en bio. Mais c'est beaucoup plus contraignant. Le bio et le durable n'ont donc rien à voir en terme de qualité et de sécurité alimentaire.  L'un est destiné aux consommateurs, l'autre permet uniquement aux agriculteurs de bénéficier d'aides dans le cadre de la PAC.

Pour les avantages du Bio pour les enfants, cliquer ici

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.