Publié dans Liens utiles

Bio et Local

 

FromageFrais   

Durable : pas d'interdiction des pesticides, pas d'interdiction des OGM, pas d'interdiction des hormones de croissance, très peu de contrôles, pas de logo officiel

Bio : sans aucun pesticide, sans OGM, sans hormones de croissances, contrôle annuelle + visites imprévues régulières, label bio européen et français reconnu

 Source : http://www.agencebio.org/quest-ce-que-la-bio - http://www.extenso.org/article/un-produit-bio-c-est-quoi/ - http://bio-montpellier.fr/bio-et-local/quelle-la-difference-entre-agriculture-raisonnee-agriculture-biologique/

 

L'objectif affiché par la mairie de Paris avec le label bio et le local peut sembler intéressant...

  Centralisation Paris Video1

Seulement le seul engagement chiffré par écrit est sur l'alimentation durable, AUCUN POURCENTAGE sur le BIO et les circuits locaux et pour cause, alors que certains arrondissements ont jusqu'à 100% de goûter BIO, jusqu'à 50% de nourriture bio, jusqu'à 86% d'alimentation durable, jusqu'à 90% de producteurs locaux....

le plan alimentation durable 2015-2020 mis en ligne par la mairie de Paris p12 et 19 précise sa difficulté à avoir recours à des produits locaux et à avoir de la nourriture BIO

( https://api-site.paris.fr/images/73606) :

 Bio Paris p12 1  Bio Paris p19

 Bio Paris p12 3

Bio Paris p12 5

 Bio Paris p12 4

Le bio est un signe de valorisation attribué par l'INAO (institut national de l'origine et de la qualité: http://www.inao.gouv.fr/).

Les agriculteurs qui veulent en bénéficier doivent respecter un cahier des charges très exigeant et se prêter à des contrôles réguliers par des organismes indépendants. L'agriculture durable n'est pas un signe de qualité. C'est un engagement sur plusieurs années consistant à avoir des pratiques culturales plus respectueuses de l'environnement pour pouvoir prétendre à des aides dans le cadre de la Politique Agricole Commune. Les agriculteurs signent des contrat agro-environnementaux qui fixent leurs obligations. Depuis peu, ces agriculteurs essaient de copier le système des cahiers des charges (ex : http://www.agriculture-durable.org/). Mais ce sont des engagements et des objectifs qu'ils se fixent seuls à partir de leur engagement pour avoir l'aide. Il n'y a pas d'organisme de contrôle, pas de sanctions et de perte du label en cas de méconnaissance du cahier des charges du "durable".  Ils risquent juste une réduction de leurs aides si l'organisme qui verse l'aide constate que les pratiques sont moins respectueuses de l'environnement que prévu à partir de l'état d'origine de l'exploitation. Avec le sigle "durable", ils essayent de faire comme s'ils bénéficiaient d'un signe de qualité, avec les contraintes en moins. S'ils le voulaient, rien ne les empêcheraient de s'engager vraiment et de faire contrôler leurs produits en passant en bio. Mais c'est beaucoup plus contraignant. Le bio et le durable n'ont donc rien à voir en terme de qualité et de sécurité alimentaire.  L'un est destiné aux consommateurs, l'autre permet uniquement aux agriculteurs de bénéficier d'aides dans le cadre de la PAC.

#mangerbio

#mangerlocal

Le bio permet de faire moins de gaspillages dans un temps de où les marchés contrôlent beaucoup de choses (cela a été testé dans pluiseurs écoles) et la traçabilité des produits par des circuits courts permet de s'assurer que nos enfants ne mangent pas d'oeufs issus de poules élevées en cages par exemple, ou autres scandales médiatiques récents (il y auraient beaucoup d'autres exemples à mettre en avant).
Enfin, s'appuyant sur l'article de Nicolas Hulot et le récent rejet des députés d'accepter les 20% de bio, le bio ne coûte pas plus cher, c'est aussi l'avenir de nos agriculteurs que nous soutenons avec ce système, sans pour autant être de la concurrence déloyale avec l'Europe!

Les parents d'élèves PROPOSENT que les meilleures pratiques des Caisses de restauration scolaire soient étudiées afin d'être mises en commun, pour un nivellement par le haut de toutes les cantines des écoles publiques : approvisionnement local auprès de producteurs français, aliments biologiques, produits frais, rationalisation des coûts de revient et de l’impact environnemental par des circuits courts, repas préparés sur place

Alors que les Etats du monde entier se sont réunis à Paris en décembre dernier pour lutter ensemble contre le réchauffement climatique, il apparaît indispensable que Paris montre l’exemple et continue de faire travailler les producteurs de la région Ile-de-France qui fournissent les écoles parisiennes, cela afin de préserver un modèle économique durable et responsable, qui limite les transports et les emballages néfastes pour l’environnement, garantit une vraie traçabilité des aliments, assure une qualité gustative des repas servis et contribue à l'éducation au goût.     

Plus largement, les parents d'élèves souhaitent que les producteurs agricoles français, qui connaissent actuellement une crise sans précédent, soient au cœur des dispositifs de restauration scolaire. Il est de la responsabilité de chaque commune de soutenir les agriculteurs français en en faisant des fournisseurs pour leurs cantines, en particulier les producteurs bio et en conversion bio de proximité.

Il faut également maintenir dans leur emploi les cuisinières pour garantir la qualité de repas élaborés sur place, au plus près des consommateurs.

DU BIO, DU FRAIS, DES PRODUITS LOCAUX
pour TOUS les écoliers !

POUR ALLER À LA PETITION, CLIQUER ICI

Pour les avantages de l'alimentation Bio, cliquer ici

 

3362

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.